C’est bien d’avoir quelque chose à dire, c’est mieux de savoir comment et à qui…

D’abord il a fallu s’autoriser à écrire, puis oser le faire lire. Ensuite, demander l’avis des bonnes personnes, corriger, corriger à nouveau, illustrer… Puis faire le grand saut, se mettre à nu, dire haut et fort: « j’ai écrit un livre sur un sujet sensible, tabou et pas forcément drôle ». Là, je croyais que j’avais fait le plus dur, mais non, en fait non.

Le plus dur finalement c’est peut être de savoir comment le présenter et surtout à qui?  Pour le comment, mon ami Hans Reniers  se charge de la mise en image car aujourd’hui on fonctionne à l’image. visuel livre boisQu’est ce qui fait qu’on va cliquer sur un article, sur un blog, sur une page Facebook? C’est l’image, l’image qui fait écho, qui séduit, qui intrigue. La plupart du temps on clique en considérant que l’on adhère ou que l’on veut adhérer à cette image qui résonne et on ne va pas plus loin, on ne lit pas forcément le contenu. Curieux tout de même, alors que nous avons toutes les informations à disposition, on ne lit plus, on « flash », on clique, on zappe, on  google et on approfondit rarement. D’ailleurs combien de personnes auront lu cet article jusqu’au bout?  Qui lit aujourd’hui plus de trois lignes d’affilée sur internet?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s