Fausses couches à répétition, quand la médecine n’a pas de réponse?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quand j’ai accouché de Gabriel, qu’il n’y a pas eu de berceuses à chanter ni de biberons à donner, mais une mort à pleurer, j’ai cru mourir moi aussi. Je n’ose imaginer ce qu’il aurait pu se passer dans ma tête si cela s’était répété plusieurs fois et que les médecins ne trouvaient rien à me donner comme explication.

Peut-être que j’aurais fait comme Célia Foote dans la Couleur des Sentiments, j’aurais complètement déraillé, je me serais teinte en blonde platine pour être sûre de pouvoir garder mon mari en me sentant incapable de lui donner une descendance, tout en buvant de l’alcool à longueur de journée, ou j’aurais essayé toutes les drogues comme Riley dans la série Sense8

J’ai la chance de ne pas savoir.

Je sais qu’il existe d’autres croyances moins cartésiennes. Sans jugement, je vous en présente quelques unes. Je vous préviens, c’est assez déroutant :

Pour les Yorubas , faire des fausses couches à répétition, n’est en rien la faute de la mère, elle n’a pas à porter de culpabilité. Cela a plus à voir avec les esprits, c’est donc indépendant de sa volonté. Les bébés qui meurent à répétition sont appelés des Abikus :

« Le terme abiku est appliqué à la fois à certains esprits qui peuvent venir posséder les enfants, et également aux enfants qui sont habités par ces esprits. Ils encourent un risque vital, celui d’être « rappelés » à la mort. On parle d’abiku dans une famille par exemple, lorsque plusieurs enfants sont morts successivement, on dit alors que c’est le même enfant qui part et qui revient (dans la cosmogonie locale, les enfants sont en fait des ancêtres qui reviennent). Il s’agit pour la famille de pratiquer des traitements traditionnels destinés à éloigner les esprits, à leur faire des offrandes, et à protéger les enfants contre leur retour. De même, si l’enfant abiku meurt, des rites funéraires spéciaux sont à organiser. » (Source Wikipedia)

Et dit de façon plus brutale:

« L’abiku est un enfant démon. Il se loge dans le ventre des femmes, et il naît pour mourir,  inlassablement. Et tant qu’on ne le reconnaît pas pour ce qu’il est – une entité malfaisante, torturante et rebourgeonnante – il revient hanter les espérances » (Source Marie Darrieussecq – Il faut beaucoup aimer les hommes)

Sur des sites un peu plus « ésotérique », comme Le bonheur en lumière j’ai pu lire cela « Les fausses couches sont des passages à l’incarnation. Certaines âmes choisissent ces petits allers et retours pour appréhender la matière avant de faire le grand saut! C’est aussi une façon de préparer énergétiquement la maman, ou tout simplement de faire des libérations énergétiques au niveau du ventre etc. L’incarnation rapide de la fausse couche suffit parfois pour certaines âmes. » lire la suite de l’article ici 

J’y ai aussi lu un témoignage joli et sincère de Mademoiselle Bien-être qui dit ceci « Mes guides m’ont expliqué deux choses principales : la première c’est qu’à chaque fois que je me retrouve dans la matière, je regrette d’être revenue tenter l’expérience. Ce n’est pas à proprement parlé un refus d’incarnation, mais c’est plus une prise de conscience : une fois mon énergie revenue dans un fœtus, dans la matière, je réalise que je ne vais pas y être bien du tout, que cette expérience va être trop difficile….Alors, je subis l’incarnation…..Autant dire que je ne suis en effet pas une Terre d’Accueil sympathique pour une autre âme….C’est aussi ce qui explique que toutes ces fausses-couches ont lieu au même moment de l’année : aux alentours de mon anniversaire, date qui symbolise mon incarnation. Et ce qui explique que je suis moi-même un « bébé fausse-couche » : mes parents ont eu de grandes difficultés à m’avoir, ma maman ayant fait plusieurs fausses-couches avant moi. Je suis d’ailleurs fille unique. » ( lire la suite de l’article ici )

Il me paraît évident que je ne présente pas ces lectures comme étant des vérités ou des contres vérités. Ce sont simplement des perspectives différentes.

N’ayant pas de réponses rationnelles, médicales ou qui aient du sens, je vous propose de vous offrir la liberté de créer votre propre croyance qui vous permette de vivre avec cette immense douleur qu’est la répétition des fausses couches.

Vous n’avez de comptes à rendre à personne. Votre job : apprendre à vivre avec, comme bon vous semble. La vie est trop longue ou trop courte pour se soucier de ce que pensent les autres, vous avez le droit de choisir comment donner du sens à ce qui est insensé.

Pour ma part, je m’offre même la liberté de modifier, le temps passant, quel est le sens du décès de Gabriel. Parfois, je m’autorise à délirer totalement en imaginant le croiser réincarné, parfois, je crois qu’il est en quelque sorte toujours un peu en moi, il est aussi dans les rayons du soleil, dans la brise marine… En fait, je m’en fou, je pense et je crois ce qui me permet de vivre sans lui.

Vous êtes libres de croire ce qui est bon pour vous.

Lu dans L’arbre du pays Toraja de Philippe Claudel :

photoT

 

 

 

et aussi 2 façons très différentes de vivre avec la perte de son bébé : photo

Publicités