Mortelle

EnsoJe me sens amoindrie, diminuée, j’ai la vague sensation de ne plus être en mesure de réfléchir correctement, rapidement.

J’ai l’impression que l’énergie prise à survivre à la mort de mon fils, m’a aussi brûlé des neurones, beaucoup de neurones.

Oui, c’est vrai, cela m’a ouvert une nouvelle dimension de spiritualité, de compréhension, d’empathie, de tolérance…

Mais parfois, j’ai l’intuition que cela m’a tellement amenée à reconsidérer mes priorités, les choses essentielles de la vie, que je suis un peu à côté de la plaque, en dehors des problématiques que la plupart des personnes ont.

Je me sens vivre dans l’abstrait, j’ai un rythme ralenti, je prends le temps de lire des livres, de tricoter, de manger avec mes amis, d’aller chercher les enfants à l’école, de planter des graines, me poser des questions existentielles en relisant les grands philosophes…

En fait, sachant à présent la vacuité de la vie, je la vis comme le propose Nietzsche, en imaginant qu’elle peut se répéter à l’infini, alors autant ne pas perdre de temps avec les convenances et inspirons nous d’Epicure (je vous invite à le relire, pour ma part j’en avais gardé un souvenir trop vulgarisé et dénaturé de mes cours du lycée).

On peut aussi se dire, qu’on peut mourir demain ou dans 10mn… Bah oui, on peut simplement aller boire un café en terrasse, aller à un concert, aller prendre l’avion et puis piouf, juste disparaître, ne plus être là, mourir en définitif.

Alors, voilà, ce que m’a appris la mort de mon fils.

J’ai perdu beaucoup, j’ai un vide immense dans mon coeur, dans ma chair, dans mon cerveau, mais j’ai appris ce que beaucoup acquièrent à la fin de leur vie quand c’est déjà trop tard : je suis mortelle.

Publicités

9 réflexions sur “Mortelle

  1. Je viens de lire votre blog.. j’ai beaucoup pleuré mais ça m’a fait du bien. ..
    J’ai perdu ma petite fille le 14 avril, a 3 jours de ma DPA, son coeur s’est arrêté comme ça, sans raison apparente, tout allait bien, aux échos, aux rdv mensuels, la veille elle me détruisait le ventre comme tous les jours… même à l’écho qui a confirmé l’arrêt de son petit coeur, pas d’explications… nous avons autorisé une autopsie mais on nous préviens déjà que souvent il n’y a pas de réponse. ..
    Ce qui fait mal en plus de cette cruelle absence ce sont les réactions de certaines personnes (dans mon cas une infirmière et un officier de l’état civil), qui osent dire que notre petite princesse est « en quelque sorte » notre premier enfant. J’enrage et j’ai envie de les torturer pour qu’ils comprennent que non, ce n’est pas en quelque sorte, c’est mon enfant, mon premier et rien ne changera ça.
    On devrait se réjouir à acheter de jolies petites choses pour elle, être fatigués par ses pleurs… non, on doit choisir une urne funeraire et la maison n’a jamais été aussi calme…
    Il y a des jours où je me demande si la douleur va s’amoindrir.
    Je suis complètement paumée, l’hôpital nous a conseillé une association qui a un site internet avec un forum, ce ne sont que des personnes qui ont subi des IMG, je ne me sens pas à ma place parmi elles, la douleur est la même mais on a une chance qu’elles n’ont pas, on n’a pas eu de décision à prendre, mais elles ont quelque chose que l’on a pas, une explication…

    J'aime

    • Angele, ton témoignage, merci.
      Il existe plusieurs associations, je te conseille de trouver celle qui te correspondra le mieux.
      Oui, la douleur va s’amoindrir, il va falloir du temps, ton temps. Je pense à toi, à ta fille, à ta famille et je suis de tout coeur avec toi.

      J'aime

  2. Bonjour, perdue je ne sais pas trop ce que je fais là j’étais désespérément à la recherche d’une association dans ma region qui me permettrait de rencontrer d’autres parents qui ont vécu des épreuves comme les nôtres et je suis tombé sur ton blog et sur tes mots si juste. Un mot : Merci ( jusqu’à présent tu es le premier témoignage auquel je peux m’identifier, je me suis pourtant inscrite à un groupe de paroles de mamange sur Facebook mais je n’ai pas encore trouver ma place parmi elle je me sens comme « à côté de la plaque » alors que nous traversons toute le deuil de nos enfants). J’ai perdu mes jumeaux dans la nuit du 09 janvier 2016 à un peu moins de 5 mois de grossesse, mes petits bébés Abel et Annaëlle sont partis et depuis malgré des efforts de soutien de certains membres de ma famille et une écoute sans faille de mon compagnon je me sens tout de même seule, vide et incomprise et n’ose pas vraiment le dire de peur qu’on me prenne pour une égoïste. En tout cas ton témoignage me touche au plus profond de mon être, ton écriture et ta manière d’aborder les choses sont une parenthèse de comphresion qui apaise un peu ce sentiment d’incompréhension si lourd à porter.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Anne-Laure, Merci d’avoir pris le temps de m’écrire. Ton message m’est parvenu, il ne s’est pas perdu dans l’immensité anonyme d’internet. Je trouve que les prénoms de tes enfants sont très beaux. C’est une épreuve extrêmement douloureuse que tu traverses. En effet, tu es la seule à la vivre dans ta chair. Seule toi les as porté. Je suis de tout coeur avec toi et si tu souhaites m’écrire, je serai présente pour te répondre. Je lis en ce moment Clarissa Pinkola Estes qui compare les femmes aux loups, sur notre force à nous reconstruire « les loups, même malades, même acculés, même seuls ou effrayés, vont de l’avant. […] Ils donneront toutes leurs forces pour se traîner si nécessaire d’un endroit à l’autre, jusqu’à ce qu’ils aient trouvé un bon endroit pour guérir et pour revivre. La nature sauvage va de l’avant. Elle persévère. Ce n’est pas quelque chose que nous faisons, c’est quelque chose que nous sommes, de manière innée. ». La mort de nos enfants à naître est tellement irrationnel que nous devons aller chercher en nous ce qu’il y a plus instinctif et intuitif pour simplement se rappeler comment respirer. Tu vas y arriver, à ton rythme, à ta manière, prends le temps dont tu as besoin.

      J'aime

      • Bonjour, merci d’avoir pris le temps de lire mon commentaire et de me répondre. Tes mots sont touchants et si vrai, j’espère retrouver petit à petit cet « instinct » de vivre et de reconstruire, du moins je vais m’y atteler. En tout cas encore merci pour ta compréhension, ta justesse, je t’admire dans ton parcours et de voir comment tu t’investi auprès de tous. Et encore merci d’accepter d’être une oreille attentive et compatissante et pour tes paroles d’encouragement.

        J'aime

  3. C’est exactement la sensation que j’ai aussi, vivre au milieu des autres en se sentant à côté de la plaque, tout en se disant que c’est eux qui se trompent de vie. Se prendre la tête pour des futilités, bosser comme des dingues… pourquoi ? Sur son lit de mort jamais on ne se reprochera de ne pas avoir fait plus d’heures supp, par contre profiter de la vie… alors je vis comme j’ai envie de vivre, tant pis pour les autres.

    J'aime

  4. Il y a ces jours ou en lisant vos lignes, j’ai cette impression que vous résumé ce que je ressens voir même ce que je suis devenue depuis la perte de mon fils. Aujourd’hui c’est exactement ça, depuis 15 mois je vis à coté de la société, enfin j’en fais partie, j’en connais les codes mais tout m’apparait futile ou sans intérêt et pourtant je continue a faire partie de cette société puisque j’y travail, j’y ai certains loisirs et j’y scolarise mon grand fils. Je suis de celles qui connaissent la fragilité de la vie.

    J'aime

    • Accpeter l’inacceptable.
      Surmonter l’insurmontable.

      Rester avec des questions sans réponses…

      Cela fait 46 jours que ma fille est partie,
      Partie au creux de moi.

      Vivre semble si vide,comme une mere sans son enfant, comme mon ventre sans ma fille .

      Elle s’appelle Haylli. Son prénom inca signifie la victoire. Cetait ma victoire.
      Pourquoi parlons nous si peu de ces drames ,
      Merci de vous battre pour cela.

      Nous les meres oubliées, nous et notre tristesse incomprises par tant, dans notre solitude. Nous sommes la. Quelque part dans ce vaste monde.

      Vous me donner espoir,
      L’espoir que cest malheureusement vivable.
      Quon peux s’en sortir, non pas indem mais qu’il y bien une vie Apres l’enfer.

      Je suis une jeune femme de 22 ans, on me dit que  » je suis jeune, que jai la vie devant moi,ett que je ferai d’autres enfants »
      A ce moment je comprends que je suis incomprise, je comprends que je suis seule face à cela. Oui je suis jeune, et malheureusement je commence ma petite vie de femme par un si grand malheur, et que même si un jour j’aurais peux être d’autres enfants, tout sera éternellement différent.
      On me dit aussi  » pour les gens il est difficile de se rappeler que tu es mère parce qu on est une mère quand l’enfant est la. »
      Non je n’explose pas, mais intérieurement oui.
      Je me sens mère autant que les autres, sauf qu au lieu d’acheter des body, j’ achète des fleures pour un tombe….

      Courage à toutes les femmes,
      Et merci le blog m’aide un peu à combler une certaine Solitude envahissante.
      Les articles, Les témoignages sont si importants pour nous. Voir qu’on est pas seules,et que d’autres comprennent cette peine, le combat quon doit mener pour vivre encore…

      Affectueusement.
      Fauve.

      J'aime

      • MerciFauve pour ton message.C’est si difficile pour moi de te répondre et pourtant je n’imagine pas laisser ton message sans réponse. Je veux juste te dire que tu n’es pas seule, que oui je vais continuer à me battre pour éveiller les consciences sur notre deuil si douloureux, si complexe, si incompris. Je suis de tout coeur avec toi sur ton chemin pour soigner ton deuil, pour apprendre à vivre à nouveau. Pour Haylli.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s