Jouons collectif

tarotQuand la médecine a commencé à devenir toute puissante, nous avons oublié que la mort faisait partie de la vie. Nous avons cherché une cause à tous les décès : « de quoi est-il mort? de vieillesse? de maladie? laquelle? il ne s’est pas fait soigner à temps? il n’a pas pris plusieurs avis?…» Il nous faut une raison, une justification. La mort est inacceptable, et si le médecin n’est pas responsable alors ce doit être le patient qui n’a pas bien pris son traitement ou qui n’a pas assez fait de yoga, de méditation, a trop bu, n’avait pas assez de volonté…

Je pense que nous vivons dans une société qui nous donne l’illusion que nous avons à disposition tous les moyens pour optimiser notre vie et notre bonheur alors que l’essentiel n’est pas satisfait.

Le lien humain. Ce qui fait de nous des humains.

De part mon histoire personnelle, j’ai beaucoup travaillé, beaucoup réfléchi sur la résilience suite à un traumatisme. L’analogie de tous les traumas, c’est l’isolement. Que le traumatisme provienne d’une guerre, d’un deuil périnatal, d’un viol, (…) ce qui revient c’est le sentiment d’isolement. La sensation que seuls ceux qui l’ont vécu peuvent comprendre et que les autres sont dans le déni de la souffrance éprouvée. Au delà de ne pas pouvoir entendre, ils ne veulent pas entendre.

Alors, les seules solutions que l’on trouve sur le chemin de la guérison pour trouver à nouveau sa place dans la société sont : « aller consulter » et « être médicamenté », le psychiatre ou l’anti-dépresseur.

Mais finalement, le traumatisme qui pèse le plus dans le temps, ce n’est pas l’évènement en lui-même, c’est la non reconnaissance de la part de la communauté, voir même le rejet de la communauté. La sensation de ne plus appartenir au groupe, à la société, parce que ce qu’on a vécu nous en a éjecté. On ne rentre plus dans les cases.

La solution se trouve dans le lien humain. Il faut redonner de la valeur aux rituels, en créer de nouveaux. Il faut croire en l’humain. A croire que seuls les psychologues ont les réponses, on n’écoute plus, on néglige la culture populaire et le pouvoir des chansons, des pièces de théâtres, de la danse, de la consolation… Je crois que ceux qui se sont relevés d’un traumatisme ont acquis un savoir de haute lutte qui a une valeur inestimable. Valoriser ces savoirs, les mettre à disposition des autres, a tout autant d’importance que le savoir médical. Quelles ressources sont-ils allés chercher pour se relever? Etaient-ce des ressources intérieures ou extérieures?

Il y a des épreuves qui vont générer en nous un sentiment de solitude qui est extrêmement angoissant mais aussi structurant. Ce gouffre qui sera creusé en nous, sera notre puit sans fond dans lequel nous irons chercher notre force pour faire que chaque minute compte, en ayant une conscience aigüe de notre finitude. La sensation d’isolement, elle, peut uniquement nous affaiblir.

On ne sait rien de la douleur de l’autre. On a tous en nous un chagrin qui aurait besoin d’être consolé. Jouons collectif. Lâchons nos masques, mettons nos savoirs en communs et rappelons nous qu’ensemble, nous avons toutes les cartes du jeu.

 

Publicités

Garder le goût de vivre

Parce qu’une fois que l’on a réalisé l’exploit de reprendre goût à la vie, il nous reste encore une immense tâche à accomplir: LE GARDER!

Lorsque l’on a réussi à remonter la pente, toute lestée de son chagrin d’avoir perdu un enfant, on a comme une forte envie de rester tout en haut sans retomber au fond du gouffre. On ne sait que trop bien, comme il y fait sombre et froid, comme on s’y sent seule et triste. Tout va se jouer sur l’équilibre.

mtin

Je sais que ce n’est pas une question de volonté. Pour rester en équilibre, sans se faire aspirer par cette sensation familière de « mélancolie/culpabilité/envie de rien/j’sais pas mais ça va pas », mon secret (que j’ai piqué à Claude Lelouch) c’est de créer mes propres rituels. Ce ne sont pas de superstitions, mes rituels peuvent changer selon mes besoins, mais ce sont des actes, des gestes qui me gardent dans l’action et empêchent mon petit vélo dans ma tête de partir trop loin sans moi. Ces actions, j’essaye de les faire en conscience, pour le plaisir.

Concrètement, ça donne ça:

M’entourer de belles choses, les regarder vraiment, les sentir réellement, essayer d’en prendre soin (comme j’ai pas la main verte mais que je n’aime pas abandonner: j’ai investi dans les cactus).

photo 2 photo 1 photo 1-1

 

 

 

 

Suspendre des « trucs » pour toujours regarder vers le haut – même inconsciemment (comme cette boule à facette qui n’a pas été retirée depuis le jour de l’an 2010… ).

photo 3 photo 4 photo 5

 

 

 

 

Sortir mon plus beau papier à lettre et écrire ce que je ressens, comme j’en ai envie.

photo 2-1

 

 

 

 

Lire, toujours. Et parfois des choses légères qui changent les idées, comme les BD de Margaux Motin.

motin

 

 

 

Partir une fois par an en week-end avec mes meilleurs amis parce qu’on a qu’une vie. Mais partir aussi avec mes enfants séparément pour apprendre à les connaître hors de leur fratrie et réaliser leurs rêves. Et bien sûr, partir avec mon homme pour se rappeler combien j’aime l’aimer. Puis partir tous ensemble pour partager.

Prendre le temps tous les 6 mois, de faire des albums photos pour ne pas oublier, voir donner la bonne habitude à mon cerveau de garder surtout les bons moments.

Je suis sûre qu’il y a encore plein de choses que je me suis créé et que je fais sans plus m’en rendre compte mais qui m’aident jour après jour à rester en haut sans flancher. Le bonheur retrouvé est si précieux, si fragile, j’en ai tellement conscience. C’est une discipline quotidienne que  de changer mes habitudes pour orienter mon regard vers le beau, faire de mon mieux tout en restant tolérante avec moi même, me respecter et me faire respecter dans mes valeurs et mes choix, comprendre ce qui est bon pour moi et du coup bon pour mon entourage. C’est en étant heureuse que je rendrai mon entourage heureux – c’est de la physique quantique, oui madame. Avant de chercher à être une bonne mère, une bonne  amoureuse, une bonne enfant/soeur/tante/amie/citoyenne… j’essaye d’être juste moi et moi, je me préfère largement quand je suis comme ça:

IMG_0986 IMG_4516 IMG_5424 IMG_6545